10 manœuvres en conduite à absolument maîtriser

946
Partager :

Lors de l’examen du permis, l’inspecteur vous demande d’exécuter diverses manœuvres. Vous devez être en mesure de les réaliser correctement pour démontrer votre maîtrise. Elles s’ajoutent à votre capacité à respecter le Code de la route.

Arrêt de précision

Il n’est pas obligatoire de vous inscrire dans une école de conduite pour obtenir le permis. Vous avez la possibilité de passer le permis libre si vous remplissez les conditions. Dans les deux cas, vous devez être capable d’effectuer plusieurs manœuvres pendant l’épreuve pratique. L’arrêt de précision en fait partie. Cette manœuvre consiste à ralentir progressivement et à vous arrêter au point préalablement indiqué.

A lire également : Tout ce que vous devez savoir sur l'estimation du prix de votre véhicule

Marche arrière en ligne droite

La marche arrière en ligne droite a pour objectif de reculer en ligne droite. Elle est à réaliser en vue directe avec les clignotants allumés. Avant de démarrer, vous devez donc prendre des repères fixes au niveau du véhicule et du trottoir.

La distance entre les repères ne varie pas du début jusqu’à la fin de cette manœuvre. Le véhicule immobilisé, vous enclenchez le frein à main et mettez la vitesse en point mort.

A lire en complément : Transition énergétique : tout sur le nouveau Dacia Duster hybride

Marche arrière en courbe

Votre formation au permis comprend la réalisation de manœuvres comme la marche arrière en courbe. Sa maîtrise est indispensable pour effectuer un rangement en bataille ou en épis. Vous y recourez aussi lorsque vous vous garez en créneau. Cette manœuvre est exécutée entièrement en vue directe. Autrement dit, vous conduisez en position retournée tout en faisant attention à votre environnement.

Demi-tour

Le demi-tour consiste à retourner votre véhicule à 180°. Durant l’examen du permis, l’examinateur peut vous demander de l’exécuter en trois temps. Tel est le cas lorsque l’espace est trop étroit pour réaliser cette manœuvre en une seule fois.

D’abord, vous indiquez aux usagers de la route votre intention. Ensuite, vous effectuez le demi-tour en douceur pour préserver votre sécurité et celle des autres.

Stationnement en créneau

Pendant votre apprentissage de la conduite, il vous est enseigné les différentes manières de stationner votre véhicule. Le rangement en créneau consiste à vous garer à droite ou à gauche de la chaussée, en parallèle avec le trottoir.

La principale difficulté de cette forme de stationnement en ligne est que vous devez vous insérer entre deux véhicules. Vous faites aussi attention à votre vitesse et à votre environnement.

Stationnement en épi

Contrairement au stationnement en créneau, l’axe de votre véhicule n’est pas parallèle avec la chaussée, mais en diagonale. En fonction du tracé, le rangement en épi est à effectuer en marche avant ou en marche arrière.

Par ailleurs, l’angle de stationnement est variable. Selon le cas, il est de 45°, de 60° ou de 75°. Cette manœuvre vous impose de respecter les emplacements réservés aux autres véhicules.

Stationnement en bataille

Le rangement en bataille constitue une autre forme de stationnement. L’axe de votre véhicule n’est ni en parallèle ni en diagonale, mais perpendiculaire à la chaussée. Généralement, cette manœuvre est exécutée sur un parking et dans le sens de la circulation. Pour des raisons de sécurité routière, vous devez vous stationner en marche arrière. Ainsi, vous repartez directement en marche avant avec la vue dégagée.

Démarrage en côte avec frein à main

Le démarrage en côte figure parmi les manœuvres difficiles à réaliser, surtout pour les conducteurs novices. Concrètement, vous devez faire avancer votre véhicule qui est à l’arrêt dans une montée.

Cette manœuvre est notamment nécessaire lorsqu’il faut observer un temps d’arrêt en raison d’un obstacle. Il est primordial de maîtriser le jeu de l’accélérateur et de l’embrayage tout en vous aidant du frein à main.

Démarrage en côte sans frein à main

Sans frein à main, le démarrage en côte est encore plus complexe à exécuter. En revanche, cette manœuvre en conduite est beaucoup plus rapide. La difficulté pour sa réalisation réside dans la recherche du point d’équilibre.

Lorsque vous trouvez le point de patinage, vous devez faire preuve de dextérité. Vous enlevez rapidement votre pied droit de la pédale de frein pour accélérer progressivement.

Freinage d’urgence

Le freinage d’urgence est intégré à toute formation de conduite automobile. Cependant, beaucoup ne le maîtrisent pas en raison du système ABS. Lorsque ce dernier est activé, la pédale de frein commence à vibrer.

Le premier réflexe du conducteur novice est alors de relâcher la pression. Ce qui allonge de plusieurs mètres la distance de freinage. Par exemple, à une vitesse de 60 km/h, elle passe de 14 à 18 mètres.

La maîtrise de plusieurs manœuvres est une obligation pour passer le permis. Elles démontrent vos compétences en matière de sécurité routière.

Conduite sur chaussée glissante

Dans cette section, nous explorerons les techniques avancées pour conduire sur chaussée glissante, en cas de perte de contrôle ou d’urgence.

Le freinage d’urgence est l’une des manœuvres critiques qui peut sauver votre vie sur la route. Cette technique consiste à freiner brusquement et fortement pour immobiliser le véhicule dans un court laps de temps.

Il faut savoir que le freinage brutal peut entraîner une perte de contrôle du véhicule et augmenter les risques d’accidents graves. C’est pourquoi vous devez suivre les étapes suivantes pour effectuer un freinage d’urgence en toute sécurité :

  1. Vérifiez que la voie est dégagée avant de commencer le freinage ;
  2. Pesez fermement sur la pédale de frein avec une force constante ;
  3. Maintenez vos mains fermement sur le volant pour éviter tout mouvement inutile ;
  4. Soyez prêt à relâcher légèrement la pression si vos roues se bloquent et commencent à patiner ;
  5. Lorsque vous sentez que votre voiture ralentit, relâchez progressivement la pression du système de freins jusqu’à l’arrêt complet. Si nécessaire, réutilisez légèrement cette action plusieurs fois jusqu’à ce que vous ayez complètement intégré la technique.

Pensez à bien noter que cette manœuvre ne doit être utilisée qu’en cas de danger imminent. Il est aussi primordial d’adapter votre conduite à la nature des conditions climatiques et d’utiliser les pneus hiver si nécessaire.

Conduite en montagne : gestion des virages serrés et des pentes abruptes

Conduite en montagne : gestion des virages serrés et des pentes abruptes

Si vous êtes un conducteur régulier dans les zones montagneuses, vous devez maîtriser les techniques nécessaires pour gérer les virages serrés, les pentes abruptes et autres obstacles.

Lorsque vous abordez une série de virages serrés, assurez-vous d’abord que votre vitesse correspond aux conditions de la route. Si nécessaire, ralentissez avant l’entrée du virage afin d’avoir le temps de négocier correctement celui-ci. Gardez aussi à l’esprit que lorsque vous conduisez en descente sur une route sinueuse, la force centrifuge tend à pousser votre voiture vers l’extérieur du virage. Pour éviter cela, prenez le temps de bien anticiper vos mouvements et gardez vos distances avec les autres véhicules.

Gestion des pentes abruptes :

Les pentes abruptes peuvent être difficiles à gérer pour tout conducteur inexpérimenté. Vous devez utiliser la technique suivante :

  1. Pour éviter tout risque de dérapage ou de surchauffe, utilisez le frein moteur pour contrôler votre vitesse et éviter les freinages brusques.

Vous devez prendre en compte les conditions météorologiques lors de la conduite en montagne. Les routes peuvent être glissantes ou enneigées, ce qui peut rendre la conduite encore plus difficile. Dans ces situations, vous devez maîtriser les techniques nécessaires à la conduite en montagne afin de garantir votre sécurité ainsi que celle des autres usagers de la route.

Partager :